19 juin 2017 Stéphane Chotard 0Comment Temps de lecture : 4 minutes

Alors ça y est, tu as dignement fêté tes 25 ans ? Du coup il te reste jusqu’au 31 décembre de cette année pour clôturer ton livret jeune. Même si tu ne t’en occupes pas, ne t’en fais pas, ta banque le fermera pour toi. 😀  Alors autant te renseigner dès maintenant pour faire bon usage de ce que tu auras pu accumuler sur ce livret d’épargne. Tu as du mal à savoir par où commencer ? 🤷 Cela tombe bien, je viens de préparer un petit guide avec des étapes pour y voir plus clair. C’est parti !

1) Profiter jusqu’au bout du livret jeune

Le livret jeune est une des solutions d’épargne disponible les plus intéressantes en terme de rapport rendement/sécurité/fiscalité. Il rapporte environ 2% nets d’impôts pour une somme maximum de 1600€. Il ne faut surtout pas s’en priver.

Donc hors de question de le clôturer avant ses 25 ans même si le plafond est atteint (sauf pour une dépense indispensable évidemment). Car quand le livret jeune est plein, il est plus malin de placer ailleurs une partie de l’excédent de son épargne. Sur le livret A pour une somme que l’on veut garder sous la main. Sur un PEL ou un contrat d’assurance vie pour préparer un peu l’avenir. Sachant que l’assurance vie donne la possibilité de piocher dedans facilement.

Petite astuce pour profiter pleinement du livret jeune. Les intérêts étant calculés sur 15 jours, l’argent déposé la 1ère quinzaine du mois rapportera des intérêts à partir du 16. L’argent déposé la 2ème quinzaine rapportera à partir du 1er du mois suivant. Donc pour percevoir le maximum d’intérêts, il vaut mieux :

  • déposer de l’argent en fin de quinzaine
  • retirer de l’argent en début de quinzaine

2) Faire un point sur ses projets

Pas toujours évident de répondre à la question : “Qu’est ce que tu rêves de faire dans la vie ?” Cela te fait peut être marrer mais c’est super important de se poser ce type de questions existentielles. Si tu ne choisis pas maintenant ce que tu désires le plus, qui va le faire pour toi ? Pour t’aider, tu peux te poser cette question : “Si je n’avais aucune contrainte de temps et d’argent, qu’est ce que j’aimerais avoir/faire/être ?” 👨‍🚀

Aucun jugement là-dessus, chacun a des aspirations différentes. Quand certains privilégient la construction d’une famille, d’autres auront des envies de tour du monde. On peut être davantage attiré par la mer et vouloir s’acheter un voilier ou alors par le bitume et la vitesse et choisir de s’offrir une moto ou même une voiture de sport. Cela peut passer par l’acquisition de beaux objets ou par la constitution d’un capital pour entreprendre. Chacun son rythme et ses priorités.

3) Se fixer des objectifs

Un rêve sans objectif a peu de chance de se concrétiser. Donc la 2ème étape est de planifier tous ses rêves et de s’en donner les moyens. Tiens justement, en parlant de moyens. C’est le premier type d’objectif que tu peux te fixer. En face il y aura les objectifs de résultats. Je m’explique.

Les objectifs de moyens c’est la ligne de départ 🏃. C’est ce que tu as en ta possession en terme de capital, de compétences et de temps disponible. Se fixer un objectif de moyens par exemple va être de décider le montant que l’on sera capable de mettre de côté tout les mois.

La ligne d’arrivée 🏁, c’est les objectifs de résultat. Là, on quantifie le plus précisément possible le montant nécessaire pour réaliser chaque projet. Et on fixe l’ordre de priorité entre ces projets et le timing propre à chacun.

Pour aller de la ligne de départ à la ligne d’arrivée, il faut faire ce que l’on appelle une étude de faisabilité. C’est ce qui permet de faire des ajustements entre les différents objectifs. Et de commencer à regarder ce qui est possible de mettre en place pour arriver à concrétiser ses projets. Tout en respectant certains critères de sécurité et en prévoyant des plans B en cas de changement de sa situation personnelle et/ou professionnelle.

4) Se former et/ou se faire accompagner

Du coup, cela peut te paraître un peu compliqué cette histoire d’étude de faisabilité. C’est un terme utilisé par des professionnels : les CGPI (Conseillers en Gestion de Patrimoine Indépendants). Leur métier consiste à t’aider à créer un patrimoine, le gérer et éventuellement le transmettre.

Comment ? En analysant avec toi ta situation actuelle et ce qu’il est possible de faire pour atteindre tes objectifs. Puis en t’accompagnant dans le choix d’une solution, de sa mise en place et de son suivi.

Après, c’est pas sorcier. Mais en même temps, ce n’est pas donné à tout le monde. Car pour prendre de bonnes décisions, il faut pratiquer et accumuler des connaissances. Un paquet même. D’où l’intérêt d’être un minimum curieux et passionné par l’univers de la finance, des placements, de la fiscalité.

Si c’est ton cas, il t’est évidemment possible de commencer de ton côté. C’est ce que l’on appelle l’éducation financière. 🎓 Ce n’est malheureusement pas une matière qui est enseignée à l’école, ni à l’université. Il faut se débrouiller pour apprendre, entre autre :

  • les principes de base de l’investissement
  • la mécanique des intérêts composés
  • l’effet de levier du crédit

Cette mission d’éducation financière est au coeur de Finzest. Tu y trouveras régulièrement du contenu spécialement conçu pour rendre toutes ces notions plus digestes et agréables à assimiler.

5) Choisir une solution et la mettre en place

Ce n’est qu’après avoir suivi toutes les étapes précédentes que l’on se penche sur les solutions de placement. En fait, il n’y en a pas tant que ça. Enfin si, mais on peut les regrouper par catégories pour mieux les comprendre et les comparer :

  • les placements financiers : assurance vie, PEA, PERP, PEE etc
  • l’immobilier locatif : dispositifs fiscaux type Pinel, SCPI, nue propriété …

Bon là j’ai vraiment synthétisé et c’est voulu. De toute façon, il y a plein d’articles détaillés sur le site pour chaque solution. Certains sont en cours de rédaction, patience.

Et puis ce n’est pas à moi de te dire ce qu’il faut que tu fasses de ton argent. Encore moins par écrans interposés, sans rien connaître de ta personnalité. Ma mission s’arrête ici, pour l’instant. J’espère avoir éveillé ta curiosité et ton envie d’apprendre. Car à 25 ans, il est temps de te retrousser les manches pour vivre comme tu le mérites. Alors pose toi les bonnes questions. Et ne fais pas n’importe quoi de ton livret jeune !

PS : Si tu veux partager ton expérience et nous dire ce que tu as fait de ton livret jeune quand tu l’as clôturé, ce serait top de ta part de rédiger un petit commentaire. Là juste en dessous. Cela donnera des idées à tes jeunes compatriotes. Et puis si tu souhaites me poser directement des questions, tu peux le faire sur le réseau social de ton choix : la page facebook, le compte twitter. Voilà, à bientôt !

Vous allez aussi aimer lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *