28 juillet 2017 Stéphane Chotard 2Comment Temps de lecture : 4 minutes

Quoi qu’en disent nos parents baby boomers, notre génération de millennials vit globalement avec moins d’argent qu’à leur âge. Rajoutez y une sacré dette sur la tête et un niveau d’emploi faible et vous avez une génération qui fait face à des challenges sans précédents.

Et c’est là que certains rétorquent que nous sommes fainéants, narcissiques et que nous avons mérité nos problèmes en n’étant pas assez ambitieux, travailleurs et indépendants.

On peut déjà leur répondre que nous sommes arrivés en pleine crise financière de 2008, et que nous sommes accablés par des prêts étudiants massifs (notamment aux Etats Unis).

Mais l’intérêt n’est pas de faire un débat intergénérationnel. Ni de ressortir le sempiternel “c’était mieux avant, c’était plus facile de ton temps”. Car en fait notre génération qui n’a pas eu forcément les bonnes cartes en main pourrait bien devenir la plus forte en finances personnelles.

Alors petit ascenseur émotionnel dans cet article avec pour commencer le tableau bien noir de la situation puis les signes encourageants.

Les challenges auxquels les millennials font face

La récession de 2008 a frappé les millennials et leurs salaires stagnent malgré la reprise.

La valeur des diplômes décroît alors que leur coût a fortement augmenté. Les coûts d’éducation qui ont grimpé en flèche ces dernières années ont eu pour conséquence un surendettement des millenials. Cela a eu de nombreuses conséquences dont notamment le recul de leurs projets de mariage ou d’acquisition de résidence principale.

Les millennials sont plus dépendants de leurs parents. La proportion de jeunes qui ont entre 18 et 35 ans et qui vivent encore chez leurs parents n’a jamais été aussi élevée.

Les millennials sont fragiles financièrement. Avec des salaires qui stagnent et de lourdes dettes, beaucoup d’entre eux n’ont pas de matelas de sécurité.

  • 60% d’entre eux expriment leurs difficultés à faire face à une dépense imprévue de 500€
  • 30% rapportent qu’ils sont régulièrement à découvert tous les mois

Vu qu’ils ne peuvent pas tous compter sur l’aide de leurs parents, nombre d’entre eux (même ceux ayant un haut niveau de qualification) ont recours à des prêts court terme et aux reventes d’objets pour couvrir des dépenses imprévues.

Ne parlons même pas de la retraite. Le régime général ne nous garantit plus du tout le même niveau de revenus qu’avant. Les temps ont changé. Les déficits des caisses publiques se sont accumulés. Mais il existe des solutions, et le tableau n’est pas si sombre.

Les signes encourageants

Etant donné l’ensemble de ces challenges, de nombreux millennials réagissent avec pessimisme, désespoir voir amertume et animosité envers la génération qui leur a légué ce paysage économique.

Et pourtant, même si l’on ne souhaiterait à personne de naître dans une période de crise économique, cela comporte quand même des avantages. C’est souvent dans les moments difficiles que l’on renforce ses valeurs de responsabilité, de prévoyance et de persévérance.

Comme les générations passées ayant fait face à de grandes dépressions économiques, mes collègues millennials ont la même opportunité aujourd’hui de s’endurcir et de se préparer à tout affronter.

C’est un fait, les millennials épargnent davantage que les autres générations. Des statistiques le prouvent. Ils épargnent plus malgré les challenges auxquels ils doivent faire face. Quasiment la moitié d’entre eux ont commencé à mettre de côté pour la retraite, à hauteur de 6% de leur revenus. La raison principale ? C’est parce qu’ils ont compris que de commencer tôt leur apportera d’autant plus de confort à la fin.

Même si l’autre moitié de cette génération n‘a pas encore commencé, cela reste plutôt rassurant face aux 40% de baby boomers qui n’ont rien mis de côté alors qu’ils sont beaucoup plus proches de l’âge de la retraite. Les millennials font davantage attention aux dettes contractées sur leurs cartes bancaires. Sûrement parce qu’ils sont déjà bien endettés avec leurs prêts étudiants. Ou bien encore parce qu’ils sont sensiblisés par certains de leurs proches faisant face à des problèmes de surendettement.

Que nous réserve l’avenir ?

Les entrepreneurs de la génération des millennials ont une vision engagée sur le long terme. Nombreux sont les exemples de jeunes n’ayant pas accepté de revendre leurs start up (ou du moins pas à la première offre alléchante d’un géant comme Facebook ou Google). Ils utilisent toute la puissance des innovations technologiques pour réaliser d’énormes projets.

Ils sont moins intéressés par les symboles classiques de statut social. Ils se satisfont des experiences plus que des objets. Ils souhaitent avoir un impact positif sur le monde via leurs modes de consommation et d’investissement. En gros, la frugalité et l’épargne sont redevenus cool. Et l’éthique aussi.

Alors j’espère que ma génération utilisera les challenges actuels non pas en guise d’excuses pour être cynique et apathique mais plutôt comme une chance inégalée de restaurer la sobriété et la maturité dans nos finances personnelles et dans l’économie en général.

Malgré des temps un peu durs pour certains, notre génération reste entêtée dans l’optimisme et c’est tant mieux. Car une période de prospérité est forcément dans le viseur. Il faut (ré)apprendre à saisir les opportunités.

L’argent ne fait pas le blogueur. 😅 Passionné d’innovation, notamment dans les startups fintechs et l’épargne durable, Stéphane est conseiller en finance responsable 🌍⚖💰, trader indépendant 📈 et entrepreneur 🚀. Sa mission ? Redonner du sens à la finance.

Vous allez aussi aimer lire

2 thoughts on “Les millennials : des durs à cuire en finance

Comments are closed.