14 juin 2017 Stéphane Chotard 0Comment Temps de lecture : 11 minutes

Les geeks et fans de jeux vidéos de tout bord le savent très bien. Leur grande messe annuelle bat son plein. La convention de l’E3 se poursuit en effet jusqu’à demain, jeudi 15 juin. Il est encore temps de suivre des lives comme celui proposé par Twitch.

Pour l’occasion, on s’est dit qu’un article bien fouillé, mixant jeux vidéos et finances était de circonstance. Tu vas découvrir les chiffres impressionnants du marché du jeu vidéo, les éléments à surveiller pour investir dans ce secteur d’activité ainsi que des astuces pour tirer des revenus de cette passion qu’est le gaming.

Le jeu vidéo, un vrai business

Les jeux vidéos occupent une place croissante dans notre société. Ce qui était à la base un simple loisir divertissant est devenu également une activité professionnelle à part entière avec l’e-sport On veut la paix dans les chaumières mais maintenant les mamans auront du mal à dire qu’il vaut mieux faire ses devoirs que de perfectionner son score à CallOf ou sur Fifa si l’on veut réussir dans la vie.

Sans cesse, les innovations bousculent les codes et les habitudes. Les jeux vidéos de notre enfance laissent peu à peu leur place à d’autres styles : jeux mobiles, jeux en ligne, facebook games, et plus récemment la réalité virtuelle. Plus besoin d’un écran d’ordinateur ou de télévision pour jouer, un casque suffit. Les jeux mobiles comptent à eux seuls près de la moitié de l’app store Apple. À tel point, que la firme de Cupertino a mis en place un raccourci spécial jeux vidéos dans l’app store.

Un marché grandissant : la preuve par les chiffres

L’industrie du jeux vidéo est en plein essor avec des taux de croissance impressionnants. L’augmentation du nombre de joueurs en ligne ou sur mobile ne fléchit pas. Et pas que chez les jeunes. Le marché des jeux mobiles a permis à des générations plus âgées de s’y mettre et de découvrir le plaisir des jeux vidéos.

Les gamers : le nerf de la guerre

Près de 50% de la population adulte américaine joue à des jeux vidéos que ce soit sur console, mobile ou ordinateur.
Le stéréotype de l’adolescent boutonneux enfermé dans sa chambre est dépassé. Pour preuve :

  • la moyenne d’âge du gamer est désormais de 35 ans
  • 4 ménages sur 5 possèdent une console
  • la durée de jeu moyenne online des joueurs réguliers aux US est de 6.5h/sem.
Typologie des joueurs de jeux vidéo
Typologie des gamers

À travers ces quelques graphiques (ci-dessous), tu peux mieux saisir l’ampleur du marché.
Ce dernier atteint en 2016 presque 100 milliards de $. L’Asie représente près de 47% des parts de marché du secteur des jeux vidéos soit près de 47 milliards de $.
Du côté des segments, le mobile rattrape peu à peu les consoles. Il est intéressant de voir que les caractéristiques de consommation des deux segments phares divergent du tout au tout.

Le marché mondial des jeux vidéo par région
Le marché mondial des jeux vidéos par région en 2016
Le marché des jeux vidéos par segment en 2016
Le marché des jeux vidéos par segment en 2016

Les acteurs du secteur

Les gamers peuvent citer facilement les créateurs de jeux vidéo. Mais sais-tu réellement combien ils gagnent ? Tencent est le leader mondial du gaming world. Il représente à lui tout seul près de 10% du marché. Netease et Tencent contrôlent à eux-seuls 70% du marché chinois du jeux vidéo. Et les chinois sont friands de jeux vidéos.

Voici les chiffres d’affaires (en milliards de $) pour l’année 2016 seulement :

Chiffre d'affaire 2015-2016 des principaux acteurs du marché
Chiffre d’affaire 2015-2016 des principaux acteurs du marché

 

Tencent a récemment acquis le développeur de jeux Supercell pour 8 milliards de $. Ce dernier est mondialement connu pour ses franchises Clash of Clan et Clash Royale qui figurent dans le top des jeux sur les stores mobile. Si on ajoutait les revenus de Supercell, le chiffre d’affaire 2016 de Tencent bondirait à 12.5 Mds$ pour la seule année 2016.

Sources : Pew Research Center, ESA, Newzoo, Global Collect, SuperData Research

Investir en bourse dans les jeux vidéos

Investir en bourse est un exercice prenant, il faut surveiller de nombreux paramètres. Cela devient un peu plus facile si l’on est passionné par le secteur d’activité dans lequel on investit. Les sociétés de jeux vidéos qu’elles soient positionnées dans le hardware ou le software bénéficient depuis 2017 d’un engouement particulier. Comme nous l’avions vu dans l’article sur l’investissement dans la bière, il existe différentes manières de placer son argent dans un secteur particulier :

  • PEA
  • Compte titres
  • Assurance vie

En plus des actions individuelles, il est possible d’investir dans l’industrie du jeu vidéo via un ETF. C’est le NYSE:GAMR.

Les ETF (Exchange Traded Funds) sont des produits financiers accessibles qui permettent de profiter de la performance d’un secteur d’activité sans avoir à sélectionner soi même les entreprises qui le composent.

Regardons maintenant ensemble les points clés que tu devras surveiller avant de lancer des ordres d’achat et de vente dans le monde de mario.

Les performances des grands groupes

Depuis le début d’année, les éditeurs de jeux vidéos affichent des performances folles en bourse. Electronic Arts (EA) et Activision Blizzard (ATVI) sont deux des plus gros acteurs du marché. Take Two Interactive (TTWO) représente une plus petite part, mais son action à quadruplé en seulement 2 ans. Et on s’attend à une publication de résultats solides et en croissance pour les 2 prochaines années encore.

En YTD (year to date : depuis le 01/01/17), la performance boursière dépasse pour certaines valeurs du secteur les 50% en 6 mois seulement.

Performances YTD des principaux acteurs du jeux vidéo
Performances YTD des principaux acteurs du jeux vidéo

Les choix stratégiques des géants de la tech :

Les FANG (Facebook, Amazon, Netflix et Google) cherchent sans cesse des relais de croissance. Le potentiel des jeux vidéos ne leur ont pas échappés, normal. Ils investissent massivement dans la réalité virtuelle à travers leurs casques maison (Oculus Rift pour Facebook par exemple). SuperDataResearch prédit que le marché de la réalité virtuelle atteindra d’ici 2020 les 40 Mds$ alors qu’il n’en vaut que 3Mds$ en 2016 pour 9 Mds$ investi depuis 2012.

Ils ont clairement identifié l’audience grandissante qu’offre le secteur. L’exemple le plus parlant et médiatisé est sans aucun doute la sortie de Pokemon GO à l’été 2016. Tout le monde a enfin pu réaliser son rêve d’enfant : devenir le meilleur dresseur de Pokemon. Développé en AR (Augmented Reality) par Niantic, une filiale de Google, Pokemon Go a fait bondir de plus de 100% l’action Nintendo. Dans un communiqué, Nintendo a été obligé d’expliquer que l’impact financier serait limité pour elle. Etant donné la répartition des droits. Par conséquent, le cours de l’action est retombé comme un soufflé.

Malheureusement, la bulle créée par le jeu s’est essoufflée. Un an après le lancement du jeu, le Daily Active User (Nombre de joueur actif quotidien) est passé de 45 millions au plus haut à seulement 5 millions. Ce désintérêt croissant autour du jeu a de quoi inquiéter certains investisseurs. La croissance du secteur doit elle obligatoirement passer sur le renouveau des franchises ou avant tout  sur l’innovation graphique et technologique ?

Performance du cours de Nintendo lors de la sortie de Pokemon GO
Performance du cours de Nintendo lors de la sortie de Pokemon GO

Les opérations d’achats et de fusions (M&A : Merger & Acquisition)

Vivendi, société française spécialisée dans le multimédia et le divertissement souhaite élargir son champs opérationnel. Valorisée à plus de 5 Mds€, la société d’édition Ubisoft bénéficie d’une large exposition au niveau international. Encore une fois, le secteur des jeux vidéos attise les convoitises. De grands groupes sont prêts à sortir le carnet de chèque, offrant au passage une juteuse prime aux détenteurs de l’action. Pour l’achat de Gameloft en 2016, Vivendi a offert une prime de près de 50%. De quoi s’acheter 1 nouveau jeu tous les mois pour les 7 prochaines années avec un investissement initial de 10.000€.

Les recommandations d’analystes

Certes il faut se forger sa propre opinion et ne pas suivre bêtement (🐑) le “consensus” des analystes. Mais en même temps, il ne disent pas tous que des conneries. Certains analystes pointent du doigt l’accélération excessive des cours et des niveaux de valorisation exagérés. Certains jugent même que le marché atteint un stade de maturité. Que peuvent-ils bien inventer de plus que la VR & AR (Virtual Reality & Augmented Reality) ? Avec des taux de croissance à deux chiffres en 2014 et 2015, la croissance devrait atteindre les 5,4% d’ici 2019. Dans ce contexte de ralentissement, difficile d’évaluer la pérennité de cette hausse.

NVDA a perdu 6,5% vendredi 9 juin en séance suite à la publication d’une analyse de Citron Research, cabinet indépendant réputé pour son franc parler. Ce dernier pointe les faiblesses des fondamentaux comparés au cours actuel de l’action. Il estime que la concurrence sur certains segments d’activité risque de s’accentuer. On remarque que la croissance de son chiffre d’affaires sur la partie jeu vidéo s’essouffle. Les investisseurs institutionnels historiques commencent à quitter le navire. Ceux qui détiennent plus de 5% du capital, revendent leurs parts, ce qui augmente le flottant.

le flottant correspond aux actions susceptibles d’être échangées sur le marché. Plus le flottant est important, plus le marché est liquide et plus les variations de cours seront minimes.

En résumé, les niveaux de valorisation des cours de ces firmes donnent le vertige et inquiètent bon nombre d’investisseurs. La récente correction des cours du Nasdaq (indice des 100 plus grandes valeurs technologiques américaines) permet au secteur de respirer un peu et offre, pourquoi pas des opportunités d’achats ?

On en profite pour rappeller que nos articles ne constituent en aucun cas des recommandations d’investissement. Nous cherchons juste à ce que vous vous intéressiez un peu plus à l’actualité économique, afin de vous forger vos propres opinions de jeunes investisseurs audacieux et avisés.

Les événements spécialisés

L’Electronic Entertainment Expo, plus connu sous le nom d’E3 qui se déroule à Los Angeles en ce moment même, met à l’honneur les acteurs de l’industrie. Les constructeurs de machines (Nintendo, Sony et Microsoft) et les éditeurs de jeux (EA, Activision, Ubisoft, entre autres) présentent leur innovations et mettent l’eau à la bouche.

Ce type d’événements tels que l’E3, la Paris Games Week ou Gamescon sont suivis et attendus avec impatience par les gamers mais aussi les investisseurs. Avec un marché qui compte près de 2 milliards de gamers, les jeux vidéos deviennent une opportunité de promotion importante pour les entreprises plus “classiques”.

À l’image de Porsche qui présente en avant première sa nouvelle Porsche GT2 RS non pas au salon de l’automobile de Genève, mais lors du salon de l’E3 2017. Cette nouvelle voiture aura la chance de figurer sur la cover du nouvel opus de Forza Motorsport, l’une des sagas de courses automobile les plus connues. Ce genre de news a la capacité d’influencer le cours de bourse de Volkswagen (Porsche est une marque de $VW).

Autre exemple de l’importance d’un événement comme l’E3 : Ubisoft. L’entreprise vient d’annoncer la sortie de deux de ses jeux phares : Assassin’s Creed Origins (le dernier opus de la saga) et Far Cry 5. L’action perdait près de 6% au lendemain de l’annonce sur fond de sell-off des valeurs technologiques. Mardi 13 juin, Ubisoft grimpe de près de 4% suite à sa présentation lors du salon et de l’engouement suscité autour de ses franchises. Les analystes confirment à nouveau la recommandation d’achat et rehaussent les objectifs de cours pour cette année.

Sell-off : vente rapide voir forcée de produits financiers suite à une mauvaise nouvelle, une rotation sectorielle ou tout autre raison pouvant impacter négativement le cours d’une action.

Tirer des revenus de sa passion du gaming

Tu as pu découvrir quelques aspects de l’investissement boursier dans le secteur du gaming. Maintenant voyons ensemble quels sont les autres approches qui permettent de gagner de l’argent grâce aux jeux vidéos.

Pratiquer l’E-sport

L’e-sport désigne la pratique, seul ou en équipe, d’un jeu vidéo en compétition. En France, c’est en mai 2016 que le Sénat l’a reconnu officiellement comme une pratique sportive. C’est donc devenu un métier à part entière, et qui bénéficie d’un régime juridique propre. L’audience mondiale du e-sport est d’environ 385 millions de personnes. Les estimations de croissance du nombre de participants tablent sur une audience globale de 500 millions d’ici 2020. Cela incite les grandes maisons d’édition à concevoir des jeux taillés pour des parties multijoueurs endiablées. Activision Blizzard par exemple avait conçu Overwatch spécialement pour les compétitions d’e-sport. Pareil pour les jeux d’EA comme Fifa, Madden NFL et NBA 2k.

Ce sont les sponsors des équipes qui versent des salaires allant de 2000 à 5000 euros mensuels auxquels s’ajoutent les prix qui sont remportés lors des victoires de compétitions. Cette nouvelle pratique très en vogue génère également de nombreuses opportunités de business. Les acteurs traditionnels sont rejoints par des startups qui créent des plateformes de diffusions, des applis de stratégie et de coaching ou des réseaux sociaux spécialisés. En voici quelques unes :

Les événements se multiplient, les médias et les marques sponsors affluent en masse. Des clubs de foot comme le Manchester City et plus récemment le PSG ont créé leurs propres équipes. Il existe même des écoles spécialisées dans l’e-sport en France. Ce type de formation prépare à différents métiers du secteur (e-sportif, journaliste/commentateur, community manager, technicien etc…)

Si tu veux boire une mousse en assistant à un match e-sport, c’est dans les bars spécialisés Meltdown qu’il faut te rendre. Tu peux même passer de l’autre côté du comptoir en devenant franchisé si l’aventure te tente !

Bosser chez Micromania

Quand on aime les jeux vidéos sans pour autant être un joueur de très haut niveau, que c’est juste un hobby, une autre option existe pour tirer des revenus de cette passion. C’est de bosser dans la vente de jeux vidéo dans une boutique comme Micromania par exemple.

En général, l’ambiance est conviviale, les clients et les collègues sont jeunes et sympas. Mais cela reste un boulot de vente, il faut atteindre des objectifs. Si vous voulez en savoir plus sur les conditions de travail au sein de l’enseigne, jetez un coup d’oeil aux avis d’employés sur le site Indeed.

Lancer son propre jeu sur mobile

Bon alors là, c’est pas donné à tout le monde mais on sait jamais. Tu sais peut être coder des applis alors lance toi en nous pondant un bon jeu bien addictif. Voici 3 règles de base pour devenir riche avec un jeu sur mobile :

  • il doit y avoir une monnaie locale dans le jeu (comme des simflouzes par exemple)
  • le joueur doit s’impatienter (et qu’il paie pour que ça aille plus vite), il faut le frustrer quoi, juste ce qu’il faut
  • instaurer du challenge sur la durée : une quête mystique, pleins de trucs bidules trop cools à collecter, des médailles et autres badges que l’on sera fier d’exhiber à la pause café

Bon on va pas se le cacher, il y a de la concurrence sur les applis. C’est difficile de sortir du lot, mais on ne sait jamais. Tant que tu n’y passes pas tes journées et/ou que tu assures tes revenus avec une autre activité, ça peut valoir le coup de tenter l’aventure.

Si le sujet t’intéresse, jette un oeil sur le site de Stencyl. C’est une plateforme pour créer des jeux mobiles sans coder. Et parcoure cet article de Yeeply, la marketplace pour trouver des développeurs mobiles. Ah et puis renseigne toi sur la success story des frenchies de Voodoo qui viennent de lever … 200 millions.

Faire des vidéos … de jeux vidéos

Le youtubeur qui connaît le plus grand nombre d’abonnés au monde s’appelle PewDiePie. Certains d’entre vous le connaissent sûrement. Il a aujourd’hui plus de … 55 millions d’abonnés sur sa chaîne youtube. Son taf ? Se filmer en train de tester des jeux vidéos, et donner son avis avec des commentaires rigolos. Combien gagne t-il ? Plus de 12 millions de dollars par an.

Preuve que le phénomène est d’une grande ampleur, Youtube a lancé en France fin 2016 une application spécialement dédiée au gaming. Elle permet notamment de se filmer en train de jouer sur mobile. Comme son concurrent Twitch, Youtube Gaming permet aux utilisateurs de soutenir leurs youtubeurs préférés via un système de dons.

Si tu veux en savoir plus, je te conseille la lecture de ce petit tuto sur la prise en main de Youtube Gaming. En france, c’est Squeezie qui est le plus populaire. Pour en connaitre d’autres, fais un tour sur le classement des youtubers de jeux vidéos.

 

Voilà, tu peux retourner à tes manettes/mobiles/souris. Ou les lacher un moment pour tester les 15 meilleurs jeux de société pour apprendre la finance. 😌 N’hésites pas à donner ton avis et des astuces en commentaires !

L’argent ne fait pas le blogueur. 😅 Passionné d’innovation, notamment dans les startups fintechs et l’épargne durable, Stéphane est conseiller en finance responsable 🌍⚖💰, trader indépendant 📈 et entrepreneur 🚀. Sa mission ? Redonner du sens à la finance.

Vous allez aussi aimer lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *