17 mars 2017 Stéphane Chotard 0Comment Temps de lecture : 1

D’après un article des Echos d’octobre 2016, vous êtes nombreux à déclarer vouloir investir dans les entreprises, mais au moment de passer à l’acte, il n’y a plus personne. Mais qu’est-ce qui vous bloque ? Quels seraient vos modes d’investissement favoris ?

Parmi les 18-35 ans, il n’y a que 8% qui a déjà investi dans une entreprise. Ce n’est pourtant pas les moyens qui manquent : achats d’actions en bourse, financement participatif (crowdfunding et crowdequity), achats de fonds d’investissements (OPCVM et SICAV) etc…

Alors la première chose qui vient à l’esprit, c’est que vous êtes mal informés. D’abord sur les modalités concrètes pour investir, y compris sur ce qui a trait à la fiscalité. Puis sur le fonctionnement de l’économie en général et des entreprises en particulier. Et enfin sur les comportements et techniques à adopter sur les marchés pour investir efficacement.

Pour ne pas arranger le tout, vous pensez sûrement que cela prend beaucoup de temps, qu’il faut avoir fait de longues études et qu’il faut déjà être riche pour pouvoir investir. C’est fou ce que les idées reçues ont la dent dure.

Ce qui est rassurant, c’est que l’envie est bien là, réelle et quantifiable. Il y a en effet 77 % des Français de moins de 35 ans qui envisagent sérieusement d’investir dans une entreprise. Bon après, c’est surtout dans leur entreprise ou celle d’un proche. Mais c’est un bon début, qui est en outre porteur de sens pour l’économie réelle.

Si l’on se dit concerné par l’avenir de son pays, alors l’investissement actionnarial est un des moyens d’assurer une croissance durable en évitant à nos entreprises de manquer de fonds propres.

Vous allez aussi aimer lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *