15 mars 2017 Stéphane Chotard 0Comment Temps de lecture : 3 minutes

Quand on est jeune, on a le temps devant soi. Or le temps est le meilleur allié pour investir en bourse. Même si on n’a pas d’expérience et les connaissances nécessaires au début, ce n’est pas plus difficile de les acquérir. Tu passes bien des heures à apprendre à coder, à parler une nouvelle langue, à regarder des tutos pour te maquiller… Bref, la gestion de l’argent est un sujet tellement crucial qu’il mérite amplement qu’on arrête de faire les autruches (qui enfouissent leur tête dans le sable quand le danger arrive) et qu’on prenne les choses en main, le plus tôt possible.

Qui a dit que c’était chiant ? Finzest te prend par la main et t’accompagne dans ton apprentissage.

Jeune cigale ou fourmi ? Il est temps d’être les 2 !

Youpi ! Tu touches tes premiers salaires ou tu commencs à accumuler pas mal de mois de rémunération. Alors avec cet argent, tu dois payer ton loyer, te faire plaisir et bien souvent rembourser un prêt étudiant. Entre ton envie de bougeotte un peu partout dans le monde et ta soif d’événements festifs, tu sais que ton épargne doit rester disponible, en tout cas une bonne partie. Hors de question de bloquer pendant des années une somme dont tu pourrais avoir besoin en cas de coups durs ou d’opportunités.

Mais ne laisse pas tout sur les livrets pardi ! Ils ne rapportent rien, c’est du vol ! Que se soit le livret A ou le livret jeune, c’est pareil, passé 25 ans, tu n’y as de toute façon plus droit. Alors autant se retrousser les manches le plus tôt possible et se pencher sur une solution accessible aux petits efforts d’épargne et qui allie un meilleur rendement que les livrets avec une disponibilité de l’épargne. Cette solution, c’est l’assurance-vie.

À peine sorti des études, tu vas me dire que c’est trop tôt ? Et bien non, c’est faux. Alors que tout va plus vite autour de nous, ceux qui s’en sortiront vraiment ont la capacité de voir plus loin, de se projeter sereinement sur le long terme. Tu préféres mettre de côté dans un PEL pour financer l’achat de ta résidence principale car tu veux être propriétaire le plus tôt possible ? Ce n’est pas forcément la meilleure façon de se constituer un patrimoine contrairement à ce que beaucoup pensent. Qu’à cela ne tienne, l’assurance-vie est aussi adaptée pour ce type de projet et en plus pour se constituer une retraite décente. L’assurance-vie est vraiment un hybride tout terrain très souple.

L’astuce pour acheter ta résidence principale

Ouvre un PEL, versez y le minimum requis ou une somme relativement raisonnable par rapport à ta capacité d’épargne mensuelle (comme cela tu bénéficieras d’un taux avantageux dans 4 ans, très intéressant surtout si les taux remontent entre-temps et il y a des risques).

Puis demande à tes parents de t’offrir un contrat d’assurance-vie pour ton anniversaire ou noël ! Le plus tôt le mieux et de préférence via un conseiller indépendant ou dans une banque en ligne. Le montant minimum requis pour l’ouvrir est en général de 500€.

Même pour les habitués du découvert, avec quelques dizaines d’euros par mois, il est possible de mettre de côté sur le contrat d’assurance-vie. Puis quand tu perçois tes premiers salaires et que tu as la capacité de mettre quelques centaines d’euros de côté chaque mois, verse les sur ton contrat d’assurance-vie, en faisant un mix entre différents supports plus ou moins risqués.

Ton argent reste à disposition

Sache que tu peux retirer de l’argent de ton contrat d’assurance-vie à tous moment, le seul avantage d’attendre un peu avant d’y toucher est d’ordre fiscal. Au bout de 8 ans, les gains que tu fais sur ton assurance-vie sont faiblement imposés.

Et non, l’assurance-vie n’est pas bloquée pendant 8 ans, c’est juste la durée à partir de laquelle la fiscalité devient plus douce. L’argent qui y est déposé est accessible à tous moment, comme sur ce vieux livret A tout pourri (oui, tu l’as compris, j’ai une dent contre lui, le bougre).

Donc l’assurance-vie n’est pas QUE un produit long terme, il s’adapte à des besoins ponctuels. Il est possible de récupérer de l’argent de son contrat d’assurance-vie sans le clôturer de 2 façons : par rachat partiel, ou par “avance”.
Au bout de 8 ans, tu peux faire des rachats partiels et retirer de ton contrat 4 600€ par an sans être taxés (c’est 9 200€ pour un couple marié ou pacsé).

Plutôt que de souscrire à un crédit à la consommation, tu peux demander à ton assureur une avance. C’est un prêt que l’assureur met à ta disposition, dont le montant maximum dépend de la somme figurant sur le contrat : entre 60 % et 80 % du montant investi selon les contrats. Ce dispositif est autorisé si l’option est prévue dans les conditions générales du contrat. Vu que c’est un prêt, l’argent qui est mis à disposition n’est pas taxé.

Vous allez aussi aimer lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *