21 avril 2017 Stéphane Chotard 0Comment Temps de lecture : 4 minutes

Thank god it’s friday. Le weekend approche et surtout le premier tour des élections présidentielles françaises. C’est à 20h dimanche que les premières estimations de vote seront rendues publiques.

Je ne suis pas là pour faire des pronostics ou de la politique, ni pour vous dire ce qu’il faut faire avec votre épargne placée en bourse dans des contrats d’assurance vie ou des PEA. De toute façon c’est trop tard. Je trouve juste intéressant de se préparer à cet événement historique et de donner le point de vue d’un investisseur actif.

Les élections françaises : du jamais vu

Cette élection présidentielle revêt un caractère particulièrement aléatoire et anxiogène pour les marchés. Toute personne qui suit de près ou de loin l’univers de la finance et de la bourse s’apprête à vivre un moment historique, comme lors du vote sur le brexit et de l’élection américaine. Ces événements avaient provoqué de gros mouvements sur les marchés.

C’est la première fois que 4 candidats sont aussi proches les uns des autres dans les sondages. Et en plus, les exemples récents de l’élection américaine et du vote sur le brexit ont montré les limites de ces fameux sondages. Ainsi que des cotes des bookmakers qui se sont royalement planté lors du vote du brexit.

C’est également la première fois qu’il existe un risque de se retrouver au 2ème tour avec 2 candidats qui prônent une sortie de la zone euro. Même s’il paraît difficile de sortir de l’Union Européenne aussi facilement que ces candidats l’annoncent, cela risque de susciter de vives tensions au sein de l’union. Car les 2 candidats pourraient proposer des conditions inacceptables lors de négociations avec les pays partenaires. Sans parler de certaines mesures qui feraient clairement fuir les investisseurs étrangers de notre pays.

A cela s’ajoute le fait qu’aujourd’hui vendredi 21/04 est ce que l’on appelle un “vendredi des 3 sorcières“. Chaque 3ème vendredi du mois, il y a 3 types de contrats qui expirent aux Etats Unis : les futures sur indices, les options sur indices et les options sur actions. C’est souvent durant la dernière heure de cotation de ces journées particulières que l’on assiste à une hausse de la volatilité. Les traders cherchant à solder leurs positions avant la fin de la journée.

Comment le premier tour des élections va-t-il impacter les marchés boursiers ?

Comme d’habitude en période de “stress”, les investisseurs peuvent, en cas de mauvaise nouvelle, se tourner vers des valeurs dites refuges. Il s’agit de l’or, de la dette de certains états et de certaines devises (comme le yen japonais notamment).

Il faut donc s’attendre à de forts mouvements de court terme sur les instruments suivants :

  • actions du CAC40 et de la zone euro (indice eurostoxx)
  • taux d’emprunt de l’état français à 10 ans (l’OAT) avec notamment une hausse du spread (l’écart) entre ce taux et celui de l’état allemand (le Bund)
  • paires de devises face à l’euro
  • le yen japonais et le dollar américain

Nous l’avons bien vu lors des élections américaines et du vote pour le Brexit, les marchés réagissent de manière épidermique, brutale. Les cours de bourse accusent le coup, chutent très vite pour ensuite rebondir comme si de rien n’était. Donc même si le scénario le plus “risqué” se réalise, l’impact sur les marchés pourrait être de très courte durée. Ou plus durable, qui sait …

Sur la question européenne, il ne faut pas oublier que les promesses électorales ne seront pas forcément tenues. Il ya des forces de négociation en face.

Il ne faut pas non plus mettre de côté la macroéconomie européenne, et ne pas se focaliser uniquement sur l’aspect politique. Les tendances économiques de fonds restent haussières (derniers indices économiques et de confiance des consommateurs plutôt bons), donc il se pourrait que les gaps générés par des surprises électorales soient comblés à l’issue du 2ème tour.

Enfin, il faut garder à l’esprit que les investisseurs qui font vraiment bouger les marchés européens sont étrangers. Ils ont une compréhension moins fine de la politique française. On pourrait donc faire face à des sur réactions.

Quels sont les scénarios possibles de ce premier tour des élections ?

Il est possible de classer les candidats en 2 catégories :

  • eurosceptiques (Mélenchon et Le Pen)
  • pro européens (Macron et Fillon).

Ce petit tableau résume les scénarios possibles dimanche 23 avril et leurs conséquences sur les marchés :

Que faut-il faire de son épargne durant ces élections présidentielles ?

Pas grand chose. Vos contrats d’assurances vie indexés sur le CAC40 et vos PEA remplis d’actions européennes risquent de morfler. Mais seulement à court terme.

Vous pouvez toujours vous couvrir (on dit hedger) sur des produits dérivés type CFD qui vous permettent de facilement vendre à découvert des titres, des indices et des devises. Mais seulement à partir de la semaine prochaine car il serait vraiment risqué de garder des positions ouvertes vendredi sur les marchés. C’est vraiment du pile ou face cette élection. Il vaut mieux attendre que cela se passe et réagir sereinement après.

De toute façon, c’est encore plus risqué et coûteux d’investir sur les marchés en ce moment. Les courtiers ont prévenu par mail qu’ils augmenteraient le taux des couvertures requises. Etant donné la hausse de la volatilité attendue, cette révision des couvertures a pour but de limiter le risque pris par les traders particuliers. Le taux de couverture est le montant en pourcentage qu’il faut immobiliser sur une position afin de la “couvrir” sur les marchés, et ce quelque soit le mouvement du sous jacent, qu’il soit favorable ou non.

Et en attendant le 7 mai, on fait quoi ?

Une fois le 1er tour des élections passé, les investisseurs vont scruter attentivement les reports de vote et les consignes de votes données par les différents intervenants.

La seule chose qui reste à faire est d’aller voter et de ne pas se frotter au marché si l’on a pas l’expérience suffisante (même quand on l’a, il vaut mieux s’abstenir, le trading n’est pas du pari sportif, il y a trop d’aléatoire dans ces élections).

Je ferais pour ma part très attention à ne pas rentrer n’importe comment sur les marchés durant ces élections présidentielles. Voir à ne pas prendre de position tout court. Je sortirai plutôt les popcorns pour observer avec curiosité la réaction des marchés dès le dimanche soir (en regardant la cotation des indices futures, notamment disponibles chez le courtier IG).

Et les pros de leur côté, que vont-ils faire ? Les gérants de fonds, banquiers et traders se préparent eux aussi à une nuit du dimanche au lundi potentiellement très agitée. Les équipes sont renforcées, des mesures spéciales ont été prises. Certaines maisons de gestion comme Carmignac ont annoncé hier avoir protégé les placements de leurs clients en les couvrant contre un risque baissier. Grâce notamment à des options de vente sur les indices et des options d’achat sur le yen et le dollar.

Vivement que l’on soit fixés en tout cas … RDV semaine prochaine pour y voir plus clair et adapter ses stratégies de placements boursiers.

Vous allez aussi aimer lire

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *